Created by Richard Schumannfrom the Noun Projecteclair_rocky
Design, Article & Cream
superstylo

Pulp Fiction, le film qui trône encore tout en haut de la filmographie de Tarantino

Il existe en ce monde de cinéma deux hommes qui, à la force de leurs plumes, changèrent le cinéma américain dans ses grandes largeurs. Shane Black et Quentin Tarantino.
Pulp Fiction, le film qui trône encore tout en haut de la filmographie de Tarantino

Il existe en ce monde de cinéma deux hommes qui, à la force de leurs plumes, changèrent le cinéma américain dans ses grandes largeurs. Shane Black et Quentin Tarantino. En 1994, lorsque sort Pulp Fiction, Black entame une période qui le verra s’effacer quelque peu. De fait, il passera inconsciemment le relai au jeune Q.T. La recette des deux hommes est la même. Invoquer tout ce qu’ils ont ingurgité de pop culture pour écrire leur page d’Histoire, dans la grande tradition des auteurs américains. 

pulp-fiction-le-film-qui-trone-encore-tout-en-haut-de-la-filmographie-de-tarantino

Ce sont toutes ces cultures et sous-cultures qui irriguent leur travail. La différence majeure qui les oppose, et les relie pour l’éternité, c’est leurs personnages. Black raconte le quotidien fantasmé des flics, privés ou espions. Tarantino choisit pour l’instant les gangsters, et leurs existences tout aussi surréalistes. Pulp Fiction nous embarque dans le quotidien verbeux d’une galerie de personnages lointains descendants du film noir. En deux minutes de bobines, son invitation à déambuler dans son Los Angeles ne peut plus se refuser. L’envie de déguster les mêmes milk-shakes que Mia et Vincent devient pressante, avant de deviser de rien devant un café dans un quelconque diner.


Avant la 3D, Q.T. parvenait à l’immersion totale sans s’appuyer sur rien d’autre que son style. L’architecture toute entière de son film trahit cet amour du détail, ainsi que la précision chirurgicale qui définit son œuvre. Inviter des hommes et des femmes à regarder l’un de ses films n’est pas un travail simple. Le cinéma est une chose qui ne se galvaude pas, et Tarantino ne sait que trop à quel point sa mission est sacrée. Son écriture simple, directe, foisonnante parvient à nous faire croire que tous ces ratés sont des stars, et que leurs activités intéressantes deviennent passionnantes devant sa caméra. Son choix d’acteurs scelle la réussite de son film. Puzzle génial de personnalités si différentes, sa galerie de personnages se revisite encore et toujours dans les archives de la pop culture à laquelle il aura offert plusieurs hommages inoubliables.

pulp-fiction-le-film-qui-trone-encore-tout-en-haut-de-la-filmographie-de-tarantino

Obsédé par les mots, Tarantino charge jusqu’à la gueule son film de dialogues connus aujourd’hui par cœur par un public qui ne l’a jamais lâché. Chacune des situations présentées à l’écran fonctionne au verbe. La chair de ses personnages est faite de mots. Le corps qui les sortira ne sera rien sans ses punchlines. C’est ce procédé qui nous permettra de toujours garder dans un coin de nos têtes Mia, Vincent, Marsellus, Jules, Z, Butch et les autres, comme les représentants officiels de Quentin Tarantino dans nos panthéons respectifs.


Pulp Fiction trône encore tout en haut de sa filmo pour ce style si définitif, alors qu’il ne s’agit jamais que de son deuxième long-métrage. Il semblerait même qu’il ait donné toute l’étendue de son immense talent à travers ce film. Génie.


Texte tiré du livre Les 101 meilleurs films à regarder entre amis un samedi soir